Le spectacle musical triomphal produit par Dove Attia et Albert Cohen. Toutes les infos, exclus, toute l’évolution du projet, depuis sa création jusqu’à Bercy. Deux années de triomphe et à présent le concert symphonique.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Costumes ... si merveilleux ...!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miss-Constance01
Musicien(ne)
Musicien(ne)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 81
Age : 18
Localisation : Bretonne et fière de l'être !
Date d'inscription : 20/07/2011

MessageSujet: Les Costumes ... si merveilleux ...!   Ven 23 Sep 2011 - 15:57

Salut à tous je voulais juste remercier Gigi Lepage.Pour les tissus, bustiers, crinolines etc ...

Voila encore MERCI !!!


Ps :Voila une crinoline

Le Second Empire ne chercha pas à définir un style précis, mais à favoriser les industries du luxe, tout comme de Premier Empire. Servie par un contexte économique florissant, stimulée par les agissement de la cour et par le goût du luxe de l'aristocratie, de la bourgeoisie et même du demi-monde, c'est, pour la mode, une période faste. La personnalité de l'impératrice, Eugénie de Montijo, est marquante. Elle raporte de son Espagne natale le goût des boléros et de mantilles (écharpe de soie ou de dantelle dont on se couvrait la tête et les épaules) en chantilly noir, mais montre aussi un attachement particulier pour le XVIIIe siècle. La crinoline est d'ailleur largement inspiré par les paniers que portaient les femmes d'alors.

Les étoffes sont claires, enrichies de guirlandes, de noeds, de volants ou manchettes. Certains corsages se prolongent par une pointe à la taille, les toquets reviennent au goût du jour. Le luxe de la parure (ruches, galons, rubans, dantelles) se répand sur d'immense robes. Les décolletés sont souvent encardrés par des rangs de dantelle ou de fleurs en tissus.

Les robes de bal sont ouvertes, décolletée et sans manches, tandis que les robes de jour sont discrètes et sobres, souvent portées avec un châle et un bonnet.






La crinoline, employée de 1845 à 1870, est l'élément le plus caractéristique de la mode vestimentaire du Second Empire. Elle est une interprétation moderne des paniers du XVIIIe siècle. La crinoline doit son nom à l'étoffe tramée de crin dans laquelle est est réalisée. En 1856, elle s'arme de cerceaux reliés les un aux autres par des cordons. Cette armature peut être passé aussi dans un jupon de cotonnade.

Jusqu'en 1860, la crinoline est ronde sous une jupe de volants superposés. Elle est portée aussi bien le jour que le soir, car elle est indépendante et peut s'associer à deux corsages assortis. De 1861 à 1866, la crinoline prend des dimensions énormes. Elle s'allonge en arrière et soutient la jupe. À la fin du Second Empire, la crinoline devient un modeste tronc de cône dit crinoline Empire.



Les robes du début du Second Empire, au début des années 1850, sont immenses et rondes, chargées d'ornements. Elles conservent ce lourd empilements de jupons creclés (trois ou cinq). Le corsage est séparé de la jupe. Dessinant un triangle dont la pointe part de la taille et qui s'achève sur le haut des bras, ce corsage ajusté, très fermé le jour, largement décolletée le soir, abaisse et arrondi la ligne des épaules. Le jour, les bras sont couverts par de larges manches de forme pagode, se terminant souvent par une manchette de dentelle. Le soir, le décolleté découvre parfois les épaules.

Dès 1856, les jupons cerclés sont remplacés par la crinoline cage. Le pantalon de lingerie fait son apparition. Pour le haut, on porte un corselet à bretelles, puis une chemise en tulle ou dentelle (la guimpe). Pour sortir, on porte une jaquette boutonnée jusq'au cou, aux manches étroites.

Vers 1862, la crinoline s'aplatit sur le devant et rejette son ampleur vers l'arrière, ce qui donne l'aspect d'une traîne. Le buste est court. C'est alors que les robes atteignent leur ampleur maximale.

Se portent les mantelets, petites pèlerines pourvue de deux longs pans devant et les basquines, jaquette cintrée qui s'étalent sur la crinoline. La châle est pourtant la pièce de base




EDIT moderation : Doublon supprimé. (lacallas)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mad_la_maudite
Académicien(ne)
Académicien(ne)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 25
Age : 19
Localisation : Hein,hein...
Date d'inscription : 14/08/2011

MessageSujet: Re: Les Costumes ... si merveilleux ...!   Sam 1 Oct 2011 - 8:19

C'est vrai que les costumes sont sublimes,autant les robes que les autres,bien sûr!<3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss-Constance01
Musicien(ne)
Musicien(ne)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 81
Age : 18
Localisation : Bretonne et fière de l'être !
Date d'inscription : 20/07/2011

MessageSujet: Re: Les Costumes ... si merveilleux ...!   Sam 1 Oct 2011 - 9:00

oui mais je pense que personne ne s'avait que ce qui fesait gonfler leurs robes s'appellait des crinolines !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Costumes ... si merveilleux ...!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Costumes ... si merveilleux ...!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Costumes ... si merveilleux ...!
» Statuts, costumes...d'antan
» (Coll°) Les merveilleux exploits de Buffalo-Bill [ed Duclos]
» Bonjour a tous nouveau de ce monde merveilleux du café
» recherche idees de costumes de cabaret ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mozart l'Opéra Rock, le Forum officiel :: MOZART L'OPERA ROCK, LE SPECTACLE :: Les créateurs :: Les créateurs techniques-
Sauter vers: